Presse

Le Journal de la Haute-Marne - janvier 2012

L'Heure de Musique des Silos était, vendredi 27 janvier, le lieu de rencontre des amateurs de chanson française. Gil chante et joue de la guitare depuis l'âge de 13 ans et s'est mis il y a quelques années seulement à la guitare électrique dont il tire une musique très rythmée.
Il est souvent accompagné de musiciens et se déplace avec eux dans toute la France. Pour l'occasion, il est venu avec le contrebassiste Franck Ratajczyk. L'expression en duo, dans de petites salles, convient bien à sa musique intimiste.

Le texte des chansons est peaufiné, très poétique et brode sur les thèmes éternels de l'amour, de la croyance, de l'espoir, de la vie avec ses joies et ses peines. Mais il renvendique aussi une parole engagée: "Je m'intéresse aux choses qui nous entourent", confie-t-il à son public, auquel il livre une série de chansons sur cette terre "qu'on martyrise" et qu'il appelle effectueusement "ma boule"


CelticFM - février 2011

Cette voix rocailleuse et légèrement burinée ne manque pas de charme. En tout cas, elle s'adapte à merveille à ce concept élégant et chamarré qui flirte avec de multiples influences (chants de mer, folk, bluesy, world...).
Côté accompagnement et arrangements nous sommes copieusement servis grâce à la prestation impeccable de zicos pour le moins inspirés qui mettent beaucoup de cœur et de talent à enrichir la palette sonore de cet album à coups de climats variés bénéficiant d'un mixage particulièrement soigné.
Et comme les textes sont tirés au cordeau et soulignés de mélodies qui se gravent presqu'instantanément dans notre mémoire, nous constatons que tous les ingrédients sont ici réunis pour captiver notre intérêt.
Chaque titre distille un climat particulier (bien vitaminé ou tendrement nostalgique), avec une saveur différente du précédent morceau et cette richesse transpire sur la perception de tout l'album qui, sublimé par cette alternance de tempos, s'écoute facilement en boucle.

Ce disque est incontestablement une réussite.


FrancoFans - Sandrine Palinckx - décembre 2010

"Par respect pour la vie, il nous faut aller au bout de nos rêves".
Tel est le leitmotiv de Gil qui, avec L'oiseau rare égrène le temps d'un album ses rêves, ses joies, ses peines.
Un univers tout en émotion, oscillant entre balades intimistes et rythmes entraînants, où cordes, cuivres, percus, guitares et accordéon viennent habiller les textes.

L'histoire d'amour qu'il narre aurait parfaitement pu illustrer un film de Lelouch, l'évocation du temps qui passe trop vite dans Un 4, un 8, du vague à l'âme qui déferle dans Désert sont des moments forts de l'album.
Car Gil chante avec ses tripes, son cœur, donnant vie à ses rêves en toute simplicité: "Si j'ouvre mon cœur, c'est pour chanter, chanter c'est pour rêver, avec des yeux d'enfant".
Il aura attendu la quarantaine pour donner libre cours à son inspiration.

Dans la lignée des Leprest ou Guidoni, Gil est un artiste à suivre de près.


Longueurs d'Ondes - Serge Beyer - juin 2010

Il démarre à 13 ans avec une guitare; à 17, il écrit et joue dans divers groupes, puis lâche tout pour fonder un foyer.
Mais ça le démange à la quarantaine... And now, he's back!

Sa voix évoque à la fois Au P'tit Bonheur et Arthur H, voire son père.
Son univers oscille entre une chanson d'inspiration classique accordéon - vague-à-l'âme ("Même les fleurs de printemps m'ennuient, mes rêves d'enfance n'ont pas suffit..."), avec conscience planétaire ("Mal à la terre, ça se resserre, tourne ma boule...") et un son plus blues - rock guitare - affirmation-de-soi ("Je suis un ange déçu de vos visions d'Epinal"), parfois festif ("Comme un marin solitaire parti pour respirer la liberté et rêver"). Au passage, un hommage réussi à Monsieur Nougaro.

Son crédo? Il le chante en toute simplicité: "J'voudrais que ma musique vous repose, qu'elle entre en vous, qu'elle vous inonde de bonheur, qu'elle soit au fond de vos cœurs et vous prenne dans ses bras comme une vague..."



La Nouvelle République - juin 2010

... Gil, auteur, compositeur et interprète à la voix rocailleuse. Rock ou chansons mélodieuses, voire romantiques composent son répertoire, soutenu par quatre musiciens virtuoses.
Son dernier album, L'oiseau rare, est rempli d'émotions, de passion et de tendresse.


Le doigt dans l'œil - Norbert Gabriel - juin 2010

C'est un de ces chanteurs au long cours qui vous offre le voyage sur des musiques de folk cosmopolite en rêve et en partage.

On devine que la chanson pour Gil est un acte essentiellement convivial, c'est fait pour la scène, avec des gens devant. Et c'est aussi ce qu'on entend sur l'album, «L'oiseau rare» très élaboré musicalement avec une dizaine de musiciens et d'instruments qui donnent des paysages de notes colorées comme des soleils qui se sont frottés à des rythmes sud américains, qui ont aimé rencontrer les amis d'ailleurs, ceux qu'on pourrait croiser dans un bar des 5 parties du monde, là où les humains oublient les cassures de la vie pour n'être que des frères de bohème ou de bonheur, le temps de quelques chansons, ou le temps d'une vie, ou l'idée qu'on se fait d'une île préservée des orages.

«L'oiseau rare» ne s'envole pas seul, il emmène celles et ceux qui savent attraper au passage les cœurs disponibles et ouverts. Sans perdre la boule, même quand elle tourne de travers, et qu'elle a mal à la terre.

Si vous passez par ici, dans les lignes qui parlent de chanson, vous savez que je n'aime disséquer un album comme un entomologiste vissé à son microscope, mais il y a des albums que je mets volontiers en boucle, et qui restent toujours à côté de la chaîne... L'oiseau rare même s'il s'envole, est toujours prêt à chanter.


Zicazic.com - Fred Delforge - juin 2010

Comme pas mal d'artistes, c'est à l'adolescence que Gil s'est mis à la guitare, inspiré autant par un grand frère qui lui en apprendra les rudiments que par les grands auteurs de la chanson française qui lui offriront son premier répertoire, celui où il va de Brassens à Django tout en passant par le rock et la variété, histoire de pouvoir animer les bals et jouer dans les clubs.

La majorité approchant, Gil s'affirme encore un peu plus et se tourne vers le jazz fusion, se nourrissant des Weather Report et autres Miles Davis et abandonnant le chant en même temps qu'il joue de plus en plus fréquemment, oubliant du même coup la chanson et se laissant petit à petit rattraper par l'envie de créer une famille.

La quarantaine arrivée, c'est vers ses premières amours qu'il revient, la chanson, s'offrant un premier album solo acoustique en 2006 et enfonçant le clou aujourd'hui avec un deuxième essai plus électrique, un ouvrage pour lequel Manu Rivière aux guitares, Thierry Bretonnet à l'accordéon et Franck Ratajczyk à la contrebasse qui accompagnent régulièrement Gil à la scène se laisseront rejoindre par une multitude d'autres musiciens

Il est avant tout autre chose poète, apprécie la vie et ses bonnes choses, l'amour et la liberté, et s'il se laisse souvent aller à être un peu rêveur, c'est pour que sa voix rocailleuse fasse mieux passer les émotions qu'il offre avec une infinie délicatesse à un public qui se laissera très vite séduire par des accents venus des quatre coins du globe, «L'oiseau rare» invitant autant à sa table des couleurs rock et blues que des accents latins, caribéens ou même des polyphonies qui ne sont jamais sans un peu évoquer l'Ile de Beauté.

L'accordéon se fait parfois moderne, souvent classique, les cuivres rehaussent à l'occasion le tout d'une petite touche très luxueuse et les arrangements fignolés par Manu Rivière se veulent toujours plus charmeurs pour finir de faire des perles rares que sont «Comme un marin solitaire», «Les yeux d'enfant», «Ma boule», «Monsieur Nougaro» ou «Un 4, un 8» autant de petites tranches de vie à la fois riches, sincères et intenses que chacun aura le loisir d'apprécier à leur juste valeur.

Avec un petit côté qui rappelle Allain Leprest et un autre qui nous ramène vers Alain Bashung, Gil semble aujourd'hui armé pour être à son tour un des grands de la chanson française !

Un artiste à suivre de très près.



Radio Club - Alain Stiévenard - mai 2010

Une voix rocailleuse, faite pour le blues et qui le chante. C'est le blues des voyages et de la liberté qui habite le cœur de Gil. Gil a aussi conservé son cœur d'enfant et il s'en sert pour rêver. Le rêve est là pour rendre à la vie les beautés qu'elle dissimule.


La Terrasse - J.-L. Caradec - avril 2010

Voix rauque aux beaux accents tendres, Gil délivre avec "L'oiseau rare" (dist. Ness Music) son deuxième album personnel signant comme il se doit "paroles et musiques". A son écoute, on comprend vite que ce fou de chanson, guitariste autodidacte, n'est pas là pour simplement délivrer ses petites histoires chantées qui parlent d'amours, de souvenirs, de voyages et d'enfances, mais bien pour offrir un sens à sa vie et à ses rêves. Rien pour autant de sinistre ou de vain dans l'univers de Gil: ses chansons coulent au contraire avec générosité et sincérité dans des climats rock-blues ou nostalgiquement teintés par l'accordéon de Thierry Bretonnet sur des arrangements de Manu Rivière (guitares).


La Fameuse Lettre - M. Rosati - avril 2010

Deuxième album, un peu rock, très latino, passionnément chanson, pour cet auteur-compositeur-interprète aussi discret que talentueux. La voix rugueuse du chanteur intrigue. La tendresse du parolier séduit. En 13 chansons, toutes habitées d'une vraie curiosité esthétique, Gil nous dit la nostalgie de la naïveté enfantine, l'amour-amant qui joue les prolongations, l'admiration pour Claude Nougaro ou encore le courroux envers ces fichus fâcheux qui voudraient empêcher les oiseaux rares de s'envoler... "L'Oiseau rare", c'est le titre de cet album à découvrir à travers quelques titres sur www.gilchante.fr


Thouchant.com - avril 2010

Sa voix est du clan des éraillés, carrière des rocailleux, des Leprest, Tonnerre, Lantoine, Arno ou Léotard. Une voix ravinée qui peut faire tabac, qui au moins en porte les traces.
Bienvenue au club! D'ailleurs ça lui va bien à Gil, nourri au sein des grands auteurs de la chanson, bonne tétée, bon sang qui ne saurait faiblir. Chanson rock qui charrie l'existence, la sienne, hauts et bas, amours inclus..

Gil est entré en chanson il y a désormais deux albums (on suppose toutefois bien avant), à la quarantaine, un âge où, si ce n'est déjà fait, on ne pense plus carrière mais passion, sincérité. Disque sans calcul donc, à prendre comme il est, plaisant, passionné, à la manière d'un road-movie de vie, d'un rêve avec des yeux d'enfant.
Un disque avec pas mal de monde sur le pont qui, tous, claviers ou sax, trompette ou trombone, guitares ou accordéon, batterie ou flûte, contribuent, à leur manière, à, non un oiseau rare de l'édition dicographique, mais à une belle volière où mots et notes s'expriment en totale liberté.

Sur platine c'est un réel plaisir.


Paru Vendu - avril 2010

Après un premier album, "D'ici ou d'ailleurs", plutôt acoustique, sorti en 2005, l'artiste tente l'aventure électrique... Et, c'est en 2008 qu'il se met à jouer avec guitare électrique, contrebasse et batterie.
"L'Oiseau Rare" est dans cette veine. Un univers nourri par les grands auteurs de la chanson française. Des textes intimistes qui parlent de rêves, d'amour et de liberté, Gil, doux rêveur amoureux de la vie, chante de sa voix rocailleuse pour distiller un peu de bonheur dans nos cœurs.


La Montagne - février 2010

GIL ne chante que l'amour et ses poussières d'étoiles...
Il carbure à l'amour sans lequel sa vie ne serait rien, sans lequel sa vie ne serait pas. Alors il chante l'amour, encore et encore, à voix de rocaille, et cœur de poète.
Avec Thierry Bretonnet à l'accordéon, Franck Ratajczyk à la contrebasse et Maurice Merizen aux percussions, GIL habite la scène le plus doucement qui soit, venu d'ailleurs, passant par ici, avec son attention vibrante pour tout ce qui l'entoure et ses chansons aux quatre vents.
Il chante son enfance et les poussières d'étoiles qu'il a gardées dans son regard; il chante le silence que ses chansons caressent sans le troubler; il chante et le public est là.
Tombé dans la chanson tout gosse, nourri de musiques de partout et de chanson française, GIL a attendu la quarantaine pour offrir au public ses propres chansons.


Vosges Matin - février 2009

Première des cafés-chansons avec un doux rêveur, Gil et ses musiciens qui nous entraînent dans leur univers.

Ambiance intimiste avec des chansons parlant avant tout de l'amour et de la vie vendredi soir au Lavoir-Théâtre Georges Brassens, et Gil, auteur, compositeur, interprête et chanteur, accompagné par ses trois musiciens, Emmanuel Rivière à la guitare et au chœur, Franck Ratajczyk à la contrebasse et au chœur et Maurice Merizen à la batterie.

Gil est un doux rêveur, originaire de la Région Parisienne, qui nous raconte par le biais de ses chansons sa vision de la vie depuis six années. Avec un seul but, donner du bonheur à tout le monde, doux rêveur ayant passé une partie de sa vie la tête dans ses nuages. "Je suis sur scène et je suis bien. J'essaie d'être le plus honnête possible avec mon public. Pour moi, il y a deux choses importantes dans la vie: la liberté et l'amour, être heureux et être libre. Je n'ai qu'une philosophie: penser que la vie est belle et que cela vaut la peine de la vivre. Le minimum qu'on peut lui donner, c'est d'être heureux et je le suis."
Et lorsqu'il entre en scène, il nous fait partager cette joie de vivre avec des rythmes ensoleillés, empreints de douceur comme les bonbons de notre enfance. Il nous emmène, lui et ses musiciens, dans un univers peuplé de bonheur et d'amour avec "T'aimer", "Vivre et mourir" où il se questionne sur le bonheur de partir en laissant quelque chose derrière lui ou encore "Ma boule" où il lance un cri d'alarme en avouant qu'on a tiré un peu trop sur la planète qui est fragile...
Et le public, fasciné et ému par cet être qui nous apporte du rêve en nous entraînant dans ses nuages, en redemande.

A noter que le groupe prépare un nouvel album prévu pour septembre 2009. Pour toutes informations, il suffit de contacter wwwgil.eu.com.


Radio Pulsar - Lionel Imbert - mars 2008

Agréable à l'écoute; guitares cinglantes, voix rageuse, textes de bonne facture.


Radio Club - Alain Stievenard - février 2008

La voix est toujours cassée, les musiques sont restées très acoustiques et l’accordéon a fait place à une guitare supplémentaire, celle de Manu Rivière. Ce rêveur sait donner vie à ses chimères, il sait ouvrir les portes cachées qui conduisent aux dédales de l’âme et qui ramènent ensuite à une douce réalité. Très agréable !


Radio Club - Alain Stievenard - novembre 2006

La voix cassée témoigne d’un vécu qui cherche dans le présent son éternité. « D’ici ou d’ailleurs »  les rêves cachent toujours les réalités et le temps rend à la vie ses beautés cachées.


Chant'Essonne - Jean-Pierre Cretin - août 2006

En mai 2004, nous avions déjà eu l'occasion d'apprécier quelques titres de cet ACI qui préfiguraient son 1er CD. Chanteur depuis toujours, il est pourtant débutant dans le métier.

Néanmoins, le charme de la voix rauque de ce quadragénaire rugissant opère immédiatement, de ces voix à la Arno que l'on croirait entretenue par le tabac! Il est, ici, accompagné par V.Brun à l'accordéon diatonique, F. Ratajczyk à la contrebasse et M. Merizen à la batterie et aux percussions.

Debal musette en fiesta hispanique, de rythmes latinos ou plus jazz, la grande variété des arrangements contribue grandement à illustrer agréablement le regard sans concession qu'il porte sur la vie et ses contemporains. Un monde sensible de rêves et de voyages, rêves éveillés empreints de nostalgie du passé et tentation de voyages improbables, à "vouloir se hâter pour exister" et "passer sa vie à chercher comment partir". Utopie encore, "on voudrait nous faire croire au ciel / vendre du bonheur par logiciel / mais notre amour pour l'éternel / tu peux prier sur Internet / pour tous ceux qui sont partis / j'reste ici".

Magie du rêve et du texte, du mot et du son, notre Pierrot lunaire doucement rêveur est bien décidé à récidiver au plus tôt!


Chanson Mag - Montag - mai 2006

"Je suis d'ici ou d'ailleurs / Qu'importe, je suis d'ici", exprime GIL au travers du refrain de la chanson D'ici ou d'ailleurs de son tout premier album éponyme. Oui, il est bel et bien d'ici et avec sa voix rauque, il nous livre ses sentiments, ses amours, ses joies, ses peines, son regard sur le monde au travers de rythmes acoustiques: accordéon, basse, guitare, percussions...

Un regard sans concession et réaliste: "On voudrait nous faire croire au ciel / Vendre du bonheur par logiciel / Mais notre amour pour l'éternel /  Tu peux prier sur internet / Pour tous ceux qui sont partis / J'reste ici", tout cela servi avec un zeste de nostalgie du temps passé: "Le petit qui rêve / Dans son grand lit tout blanc / N'en aura pls pour très longtemps / Après il sera trop grand."
Un premier album qui est une réussite, vivement le prochain.


Musiqualite.net - Marie Charrel - mai 2006

Gil a une voix rauque à la Arno ou à la Bashung, qu'on rêverait d'entendre sur un bon ragga. Gil, c'est aussi un de ces auteurs-compositeurs qui ont appris la guitare en autodidactes. Il a commencé à 13 ans et s'est fait la main sur des standards de Brassens et Django. De quoi arriver armé sur scène lorsque à 17 ans, il reprend les chansons d'Ange avec un premier groupe. Il tourne ensuite dans les salles avec plusieurs formations jazz et fusion-jazz, tout en écrivant ses morceaux en parallèle.

Accompagné sur scène de trois musiciens (percu, contrebasse et accordéon), il distille aujourd'hui une chanson intimiste et tendre, qui ne se prive pas d'aborder les sujets graves: l'amour torturé, les regrets, le quotidien et ses déceptions. Mais pour le musicien, la vie et ses plaisirs sont précieux.

Les titres qui oscillent entre rythmes latinos, musette et jazz, sont teintés d'une aura légèrement atemporelle. Peut-être parce que les références de Gil sont plus du côté de Ferrat et Higelin que de Bénabar ou les Têtes Raides. Ou parce que les morceaux, parfois lents à décoller, manquent un peu d'épices.
Mais Gil, qui ambitionne simplement à rendre les gens heureux, réussit son pari. C'est déjà beaucoup.


L'Alsace - Jean-Marie Valder - mars 2006

Marchand de petits bonheurs
Auteur, compositeur, interprète, GIL, en dépit d'une quarantaine rugissante, est un débutant dans le métier avec derrière lui à peine trois ans de chanson et un enregistrement. Avant d'entamer la discussion avec quelques-uns des étudiants membres du comité d'écoute qui l'a sélectionné pour ouvrir la Semaine de la chanson, il se déclare "surpris d'avoir été choisi par un public aussi jeune". A la ville comme sur scène, GIL est un gentil, un doux rêveur un peu naïf qui puise  son inspiration "dans l'amour, toujours l'amour", au risque parfois de paraître un peu fade. Mais ses allures d'enfant devenu trop vite trop grand fait son charme et le public de la Filature lui a réservé jeudi soir un accueil chaleureux.

Accompagné par ses complices Franck (contrebasse, flûte et piccolo), Maurice (batterie et percussions) et Vincent (accordéon diatonique), GIL sème le bonheur comme d'autres le bon grain, mélange les genres et se nourrit d'influences tziganes, latino ou jazzy, avouant: "Je joue d'instinct". Ingénieur du son, ce Parisien qui vit à la campagne avoue ne pas avoir de grandes ambitions. "Il me suffit d'avoir assez pour vivre, je ne veux pas que le succès m'éloigne de ma famille", une famille qui est, comme il ne cesse de le répéter, "essentielle à (son bonheur)".

Sur scène, le chanteur privilégie "l'acoustique qui permet aux mots de se faire entendre" et s'il considère l'enregistrement comme un passage obligé, il préfère le contact avec le public, de préférence dans les petites salles. Bien décidé à "poursuivre (sa) petite vie d'artiste tranquille", GIL est un optimiste convaincu qui aime parler des choses graves sans forcément faire couler les larmes. Un Pierrot lunaire qui comme ses frères gitans aime à jouer "n'importe ùet n'importe comment pourvu que cela rende les gens heureux".


Ramdam.com - Anouck Flon - mai 2005

Avec D'ici ou d'ailleurs, nous voici dans un univers aux couleurs variées et dynamiques. On passe par le bal musette et on finit dans une fête hispanique... Au tableau de l'inspiration ? Un peu d'Higelin, du Ferrat et pourquoi pas du Leprest...

La chanson Pour eux dont le thème reprend en partie celui de "La complainte du phoque en Alaska" du groupe Beau Dommage, nous explique que peu importe d'où l'on vient, il nous arrive de regretter certaines choses et de nous perdre dans les souvenirs au point d'oublier qui on était réellement.

Le morceau J'attendrai est splendide. Dans cette chanson, un homme se console du départ de sa compagne en espérant déjà son retour. Il tente ainsi d'adoucir la douleur de la perte amoureuse. La musique y forme une superbe symbiose avec le texte et vient appuyer sa beauté.

Vivre et mourir ou comment terminer son disque en le faisant grimper à son apogée... "Une vie à chercher comment partir, mourir pour s'unir, mourir et en rire...". Rien à ajouter sinon qu'il est subtil de ne pas nous avoir fait sortir nos mouchoirs et de nous amener sans lamentations aucunes à nous interroger sur la valeur de notre existence grâce un à rythme soutenu.

Accordéon diatonique, guitare, flûte, contrebasse, batterie, percussions: un vrai mélange, des vrais accords pour le plaisir de l'oreille.
Un seul reproche, des chansons souvent lentes à démarrer (D'ici ou d'ailleurs, J'voudrais, Jeunesse) et parfois un peu trop longues (Conscience).
Pour un premier album, nous nous sommes plus à écouter les états d'âme de Gil, même que certains en redemandent...  ?


La République de Seine-et-Marne - mars 2005

Deux chanteurs à découvrir
Venez découvrir Gil et Cyrille Monge, plateau découvertes chanson, le samedi 19 mars à 20h30 à la Bergerie.

Cyrille Monge assurera la première partie: chanteur et guitariste autodidacte, anonyme pendant plusieurs années, Cyrille Monge s'est un jour laissé convaincre de glisser deux ou trois couplets aux oreilles rassurantes, quoique publiques, de quelque scène ouverte de l'Acoustic Bazar.

Gil (guitare et chant, Vincent Brun accordéon, Maurice Merizen percussions, Franck Ratajczyk contrebasse) vient de créer un nouveau spectacle. Profitant d'une semaine de résidence au Théâtre le Moustier à Thorigny sur Marne, il a pu construire un tour de chant d'une heure trente, dans lequel les chansons les plus rythmées trouvent leur place à côté des plus intimes.

Pour première fois au Lavoir cette année, cet auteur-compositeur-interprète plutôt romantique vous apprivoisera par sa voix, ses mélodies, et par les méandres de sa poésie.
à découvrir!


La République de Seine-et-Marne - mars 2005

Gil, d'ici ou d'ailleurs
Gil sera en concert à la Bergerie, à Nangis ce samedi 19 mars en soirée, avec ses chansons "d'ici ou d'ailleurs", le titre de l'une d'elles en tout cas: "On ne vit pas au même moment, on ne vit pas les mêmes instants, la vie, c'est si difficile. Il y en a pour qui c'est plus facile... Je suis d'ici ou d'ailleurs, qu'importe, je suis d'ici, d'ici ou d'ailleurs, qu'importe, je suis d'ici...".
Pour ce concert, Gil, chant et guitare sera entouré de Vincent Brun, accordéon diatonique, Franck Ratajczyk, contrebasse et flûte et Maurice Merizen, batterie et percussions.

Chansons à textes, chansons fortes, de sensibilité, d'ambiances chargées d'émotions, chansons de la vie, de toujours, de la vie de tous les jours... Au nombre de celles-ci, "Pour eux", cette histoire qui n'en finit pas de recommencer, "J'voudrais" chargée de rêves, de nostalgie, au conditionnel bien sûr, "J'attendrai" au futur par contre pour une histoire tournée vers le passé, ou encore "Vivre et mourir", "Les yeux d'enfants" entre autres titres de chansons tendres, douces-amères, humanistes.


Chant'Essonne - Jean-Pierre Cretin - mai 2004

Cet Auteur-Compositeur-Intreprète chante d'une voix râpeuse les sentiments simples et la vie après l'avoir rêvée. Des rythmes acoustiques le plus souvent très enlevés ajoutent à la portée des textes réalistes, tels ce monde utopique dans lequel il ferait bon casser nos vérités et nos envies (Silence) ou cette superbe ritournelle évoquant la mémoire qui fuit en "une histoire qui ne finit pas de se recommencer" (Pour eux). Instant d'émotion, enfin, que le tourment de cet amour torturé accompagné de quelques sobres arpèges de guitare (J'attendrai). Le CD à venir devrait confirmer la belle promesse de ces 4 titres.


Terrasses du Jeudi - juillet 2004

Des textes intimistes avec l'Amour en fil conducteur, un univers nourri par les grands auteurs de la chanson française, porté par la guitare, la contrebasse, les percussions et l'accordéon.

À fleur de peau, la musique et les mots, chez Gil, s'imbriquent pour mieux se déchiffrer. Sur scène, la communion avec le public est emplie de tendresse et de vie.


La République de Sein et Marne - Céline Manceaux - juillet 2004

La directrice du Moustier est tombée sous le charme de la voix rauque de Gil.
Gil avec sa guitare, accompagné par Vincent Brun à l'accordéon diatonique, nous entraîne dans ses voyages sur une musique rythmée.

"Si tu venais dans mes nuages voir le pays des hommes sages"
"Rêver avec des yeux d'enfant"

Pratiquant la musique depuis l'âge de 14 ans, il a joué du classique, du jazz, du rock...Ses musiques et ses chansons sont le reflet de ces différents styles. Après s'être produit sur plusieurs scènes pour y présenter son répertoire d'une vingtaine de chansons, Gil est aujourd'hui un artiste professionnel. Il jouera sur le plateau du Moustier le 12 février prochain.


Paris Normandie - Philippe Tual - juillet 2004

Insouciance et bonne humeur, Gil cultive la chanson "air du temps" comme d'autres bichonnent leur BX le dimanche. "J'ai joué dans de nombreuses formations rock, classique et beaucoup de jazz", explique le jeune quadra. Certes l'influence de Django Reinhardt, ses premières amours, s'entend aisément au fil des notes. Ce guitariste compte publier prochainement son premier album. "J'écoute tout ce que j'entends. Sinon, j'aime beaucoup Souchon." À Rouen, il sera accompagné par un accordéoniste diatonique, une contrebasse et des percussions.